Le corps sait

thebodyknows_holboxrainbow(Read in english)

Nous parlons beaucoup de notre corps, et pas souvent en bien… Mais nous n’écoutons que rarement ce qu’il a à nous dire.

Pourtant il sait beaucoup de choses sur nous. Il nous envoie des signes que nous n’écoutons pas ou que nous ne comprenons pas. Nous n’avons pas toujours appris à parler son langage.

Pendant mon expérience de Ranger Papillon, j’ai donné des cours d’anglais dans le village d’El Castillo. C’était l’impro totale. Nous étudions les parties du corps. Je dessinais au tableau ma plus belle silhouette. Pour les faire pratiquer le vocabulaire corporel, je leur proposais de dire tour à tour des phrases du genre : « I like my eyes, but I don’t like my fingers. / I like my feet, but I don’t like my mouth. » Tout le monde se pliait docilement à l’exercice, et j’étais fière d’avoir réussi à leur faire réviser du même coup la forme négative de « like ». Quand ce fut le tour de la jeune fille au fond de la salle, elle me regarda droit dans les yeux et me dit dans un anglais parfait :

cours-anglais-corps.jpg

« I love my whole body, because that’s the only one I have. »

BOUM. Sa phrase résonne profondément en moi. Elle est si juste et si déconcertante. Je me sens bête de les avoir fait travailler sur de potentiels complexes. C’est vrai : nous n’avons qu’un seul corps, qui évolue et mute avec nous tout au long de notre vie. Il est notre unique vaisseau pour naviguer dans ce monde. Autant l’aimer et le bien traiter car nous n’en aurons jamais un deuxième.

Quand le corps parle 

Un mois plus tôt, je partais au Costa Rica. J’étais alors couverte d’eczéma, de la tête aux pieds. Asséchée irritée épuisée. Cela faisait 2 ans que je me débattais jour et nuit avec. J’avais des poussées irrationnelles, des plaques rouges et sèches partout, je me grattais jusqu’au sang. Le résultat d’un cocktail explosif très classique : une rupture amoureuse soudaine et traumatisante (7 ans d’amour brisés ça fait mal) + beaucoup de stress et d’anxiété au travail (vive les charrettes et les deadlines des agences d’archi) + un mode de vie parisien totalement désaligné de mon rythme biologique. 

J’avais tout essayé : crèmes à la cortisone (ainsi que toutes les autres crèmes et onguents qui existent en parapharmacie), séances d’acupuncture, guérisseurs, régime sans gluten et sans lait de vache, huiles végétales, capsules d’oméga 3…  Rien ne marchait.

Maladie (Synonymes) : affection, entité morbide, syndrome, mal. 

L’eczéma fait partie des maladies dites psychosomatiques. Elles résultent de l’interaction entre le système nerveux (notre psyché) et le système immunitaire (notre corps). Quand notre système nerveux vit un trop-plein émotionnel, notre corps se met à produire des hormones (comme le cortisol) qui abaissent les défenses immunitaires de notre organisme. Asthme, eczéma, reflux gastrique, constipation, chute des cheveux, herpès, psoriasis font partie de ces maladies.

japon-estampe-anatomie-Kunisada_web.jpg

“Model of a Heathful Diet » par Inshoku Yōjō Kagami, 19ème siècle 

On dit souvent que chacun a ses « faiblesses ». Je pense plutôt que chaque corps possède un moyen d’expression qui lui est propre et récurent. Pour certains c’est le mal de dos, l’insomnie ou les crises d’angoisse. Pour d’autres, les problèmes cutanés, les migraines, les maux de ventre ou la constipation. Le corps exprime à l’extérieur un mal qui lui est intérieur.

Pour ma part, j’ai toujours eu une peau très sensible et réactive. L’eczéma m’a choisie tout bébé, et m’a accompagnée dans les différentes étapes de ma vie. Il s’était jusque là toujours bien tenu, se cantonnant à quelques petites parties de mon corps : coudes, paupières, mains, cou. La cortisone marchait très bien en petites cures, et les choses revenaient toujours à la normale au bout d’une semaine.

Suite au choc de la rupture amoureuse, ce mode d’expression a pris des proportions hallucinantes et effrayantes. Le mal avait pris possession de mon corps tout entier. Je ne contrôlais plus rien. Les crèmes avaient cessé de marcher (même les plus fortes) et j’avais déjà fait deux visites aux urgences dermato… J’étais condamnée à être couverte d’affreuses plaques sèches et urticantes.

J’ai consulté pendant 6 mois une psychologue formidable qui m’a aidée et guidée dans mon processus de guérison. L’un de ses conseils très pratiques était de tenir un « journal de l’eczéma » pour comprendre les liens de causes à effets. Je notais ce qui s’était passé la veille d’une grosse poussée et listais les hypothèses qui pouvaient l’avoir l’influencée. Après quelques semaines, la lecture rétro-active du journal permettait déjà de commencer à déceler des récurrences et des patterns intéressants.

Cellules

Mais ce qui m’a le plus clairement transformée, c’est la méditation. Je m’y suis mise juste après ce séisme amoureux. Il me fallait quelque chose pour me retenir dans la chute, et retrouver mon équilibre. J’ai donc commencé par pure curiosité et sans grande ambition, comme on essaie un nouveau shampooing dont on a lu du bien sur un blog.

Cela fait maintenant 3 ans que je pratique la méditation de pleine conscience, guidée par la voix rassurante d’Andy (j’utilise l’excellente app Headspace). L’exercice de la méditation est extrêmement routinier et répétitif. Il n’a rien de transcendental. C’est d’ailleurs tout l’opposé de réfléchir ou penser. C’est juste arrêter tout ; et se connecter à ses expériences corporelles. Trouver 5 ou 10 minutes par jour pour se mettre à l’écoute de sa respiration, de sa chaleur, de son poids, des bruits alentours et des fluides intérieurs.

Quand à la fin de chaque séance, la voix d’Andy me disait : « And now, let go of everything. Let go of your attention on the breathe. Let the mind be free. Let the mind do whatever it wants to do »… Je relâchais l’intense concentration sur ma respiration et sentais systématiquement mon esprit s’ouvrir sur un vaste horizon. J’étais transportée dans un paysage ouvert et lumineux. Une plage, un champ de fleurs, du soleil. Mon corps semblait savoir profondément où il voulait être.

beach-dominical.jpg

De plus en plus d’études mesurent les bienfaits de cette pratique toute simple sur notre cerveau, nos hormones, notre système immunitaire et nos gênes.

Il est prouvé que la méditation accroît littéralement la quantité de matière grise liée à la concentration, réduit l’hyper-activité et les problèmes d’inattention. Cet exercice quotidien réduit aussi le rythme cardiaque, le rythme respiratoire, et prévient les risques d’AVC. Mais le plus fou selon moi : elle soulage les symptômes inflammatoires et agit au niveau des gênes de l’immunité ! Cerise sur le gâteau, elle améliore nos comportements sur le plan émotionnel, cognitif et social.

Dans le documentaire « Les étonnants bienfaits de la méditation », un des docteurs, amplement convaincu du rôle clé de cette pratique sur notre santé, lance au spectateur : « Vous prenez bien le temps de vous brosser les dents tous les jours? Voire même 2 fois par jour! Alors pourquoi ne pas accorder le même soin au quotidien à son cerveau ? »

Dans un registre plus ésotérique, mais qui me parle aussi, Barbara Wren explique que « nos expériences de santé, de plénitude et de joie sont liées à ce qui nous arrive au niveau cellulaire. Chacune des nombreuses cellules présentes dans le corps a le potentiel de retenir et de générer de la lumière. Des conditions stressantes telles que des problèmes relationnels ou au travail, l’impatience, la colère ou l’anxiété nous affectent non seulement mentalement, mais créent également un type particulier de déshydratation dans le corps. Les cellules sont donc moins en mesure de maintenir leur température et de se transformer en vitamines. »

Climat

C’est en partant de cette envie de paysage que l’image du Costa Rica s’est formée dans mon esprit. Mon corps ne cessait de me répéter qu’il avait envie de plage, de sable, d’océan, de jungle et de végétation. Il me fallait vite du soleil et des fruits en grande quantité ! C’était évident pour moi, et très soudain pour mon entourage. J’ai quitté mon travail, pris un billet d’avion et me suis donnée 6 mois sur place. 6 mois pour me poser, pour m’écouter et me régénérer. Je voulais partir seule, dans la nature, sans travail et sans itinéraire.

Dès l’arrivée, j’ai vécu chaque instant en pleine conscience. J’ai travaillé comme volontaire dans des projets qui faisaient sens, et mis mes 5 sens au diapason de l’environnement. Epluché soigneusement des Sacha Inchi. Regardé une tortue pondre. Respiré l’odeur des Reinas de la Noche à la tombée de la nuit. Enregistré les croassements des grenouilles dans la nuit.

Débarrassée de mes attributs sociétaux et du stress permanent de la vie urbaine, je me suis connectée à un moi profond. J’ai enfin eu du temps pour dormir BEAUCOUP beaucoup plus (régulièrement de 20h à 7h). Je me suis nourrie de légumes, fruits, rice and beans (quasiment pas de viande, de pain, ni de fromage). J’ai fait du sport quasiment tous les jours et j’ai absorbé intensément le climat local : soleil, embruns, vent, odeurs, humidité… Car il est clair que j’ai un besoin vital de lumière naturelle, je suis une pile qui se recharge à l’énergie solaire. J’ai éprouvé de la gratitude et de l’appréciation pour chaque chose autour de moi, et écouté mon corps de manière bienveillante.

A peine 2 mois plus tard, je n’avais plus un brin d’eczéma. Envolé, disparu, comme par magie. Comme s’il n’avait jamais existé. Comme s’il ne m’avait pas gâché la vie chaque jour depuis 2 ans. J’avais à peine eu le temps de lui dire au revoir… et de le remercier de m’avoir conduite dans ce pays!

Definition de la santé par l’OMS – 1946 : « La santé est un état complet de bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité. »

Pendant mon séjour, j’ai rencontré Diamante, une chienne couverte de puces et d’irritations cutanées. Elle ne cessait de se gratter jour et nuit en poussant des petits cris de douleur et de plaisir. En se grattant elle entrait dans cette transe que je connaissais si bien (mais qui me semblait déjà tellement loin…) à mi-chemin entre extase, désespoir, nervosité extrême et besoin de contact. Je compatissais impuissante. Elle était là pour me faire réaliser le chemin parcouru. J’étais enfin bien dans ma PEAU, et dans tout le reste.

Leçons pour la suite 

  • La santé et le bien-être sont des sujets clés dans les modes de vie durables. Cela implique une vision plus holistique qui corrèle la santé avec la nourriture, l’environnement, les activités et les sensations.
  • La méditation ouvre un espace de calme et de clarté dans notre esprit, elle nous libère de tout pendant quelques minutes chaque jour et nous fait prendre un distance extrêmement bénéfique, tout en nous reconnectant avec notre corps respirant, le premier véhicule de notre expérience dans le monde.
  • Notre instinct sait ce qui est bon pour nous (pour moi: quitter ma vie de parisienne surbookée pour devenir volontaire au Costa Rica). Notre corps sait se guérir lui-même si nous le nourrissons de choses saines et respectons son rythme.
  • Le corps vit heureux dans un climat qui lui est propre. Et chacun est différent… Le mien a définitivement plus besoin de soleil, de fruits et de chaleur que de froid et de pluie. Pour être heureux, vivons en équilibre avec notre corps.

 

Plus

-Les applications pour pratiquer la méditation guidée : Headspace (anglais); Petit Bambou (français)

« All it takes is 10 mindful minutes » : le TED Talk du fondateur de Headspace

« Les étonnants bienfaits de la méditation » : documentaire ARTE, 2017

« La santé c’est la vie dans le silence des organes », article d’Olivier Bézy, 2010

« Mindfulness on the go. Simple meditations practice you can do anywhere » de Jan Chozen Bays, éditions Shambhala. Une série de petits exercices très simples pour être plus présent dans la vie de tous les jours.

-L’article (totalement ésotérique) : « Healing on a cellular level » 

 

8 réflexions sur “Le corps sait

  1. Merci Olympe d’avoir partagé ces moments difficiles et ce choix très courageux de partir le vers l’inconnu. Un peu de méditation me ferait certainement du bien.

    Je t’embrasse

    J'aime

  2. A la lecture de ton texte, en coursvde neuroscience sur la memoire, l attention et l apprentissage !! L implication de notre motivation à la tâche! Apparement les reflexions sur nos sensations et notre retour a notre rapport au corp me passionne plus ! Persuadée que mettre en mots nos maux peuvent aider!!! Experience de la meditation à tester now !!! Lov

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s