Pourquoi vivre en communauté? 1/3

repas cabuyal(Read in english)

Travailler, cuisiner, ranger, manger, habiter ensemble.

J’ai fait l’expérience de la vie en communauté pendant 6 mois au Costa Rica. Aidant sur le terrain, j’habitais au quotidien avec des opérateurs de projets et des volontaires. Le vivre-ensemble constitue le ciment de ces lieux et la clé de leur réussite.

Qu’elles soient hippies, romantiques ou radicales, nous avons tous des idées reçues sur les communautés. Pourtant, il me semble évident que ces modes d’habiter -qui sont profondément anciens- nous permettent d’imaginer dans le futur des manières de vivre bien plus durables. Voici 3 raisons selon moi :

1. Pour choisir sa tribu

Ma passion pour la vie en communauté a commencé très tôt. J’y ai toujours cru et j’y ai été élevée. Mes étés d’enfance se passaient chez mes grands-parents entre hordes de cousins auto-gérées. Il y avait souvent plus d’enfants que d’adultes, les grands s’occupaient des petits. J’ai appris très jeune à considérer la famille comme une tribu élargie et flexible de gens bienveillants et inspirants. Mais si l’on ne choisit pas sa famille… on peut choisir sa communauté intentionnelle à la place !

full-circle_webFull Circle Farm, communauté intentionnelle à Ojai, Californie

À 5 ans j’ai fait ma première colonie de vacances à la ferme. Le matin on nourrissait les lapins et le soir on dormait dans des lits superposés. J’ai vite compris que la vie ne pourrait pas être plus belle que ça. J’ai ensuite passé le reste de mes étés en colos, énergisée et électrisée par les possibilités de cette vie en collectivité.

Plus tard, ma mère, mon frère et moi avons habité dans une cité scolaire (ma mère était principale de collège, nous devions donc habiter sur place). J’utilisais la cour de l’école comme un grand terrain de jeu que je partageais avec les internes du lycée. Du rugby au basket au hand-ball, j’ai toujours pratiqué et adoré les sports collectifs. Ainsi pour moi les notions de propriété et de collectif sont toujours allées de pair: de la propriété des espaces publics à la propriété de victoires ou des défaites. 

Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin…

Aujourd’hui, la magie d’internet permet de potentiellement mettre en relation tous les humains de la planète. Il va donc être de plus en plus possible de trouver des gens qui partagent les mêmes valeurs ou dynamiques de vie.

« Le site Web CoAbode relie des mères célibataires qui veulent vivre et élever leurs enfants ensemble. À Los Angeles, environ une douzaine de jeunes adultes vivent ensemble dans une grande maison appelée Synchronicity LA. Elles font de l’art ensemble, organisent des workshops, se répartissent les tâches ménagères et cuisinent pour les autres certains soirs par semaine. «C’est comme vivre dans une grande famille», me confie Grant Hoffner, résident de longue date de Synchronicity. » – (Lien vers l’article)

Des mères célibataires, aux fermes communautaires, au co-housing entre seniors, il y a des communautés pour chaque âge et chaque besoin. Des lieux où les règles de vie sont établies de manière collective et répartie de manière équitable. Des valeurs communes intentionnelles y sont la base du vivre ensemble. Que l’on parle de « co-housing », « habitat partagé », « communauté intentionnelle » ou « auto-promotion », le vocabulaire change mais le principe reste le même.

Une fois de plus, comme toujours sur les questions progressistes, le Danemark et la Suède sont les champions des « living communities » : le co-housing est appliqué aux politiques de logements publics et soutenu par l’état.

iwamura_famille-souris_web.jpg« La famille souris et la racine géante » de Kazuo Iwamura – Petite, ces livres me fascinaient et sont restés gravés dans ma mémoire. Je passais des heures à observer les images.. Je me souviens même de saliver devant toutes la nourriture qu’ils préparaient et partageaient !

Mais attention!

Entre communauté et secte il n’y a parfois qu’un petit pas qui dérape… Par exemple, Longo Mai est un coopérative internationale de communautés rurales militant pour l’autonomie vivrière. Ils me font assez envie, j’ai hâte de découvrir les communautés de ce réseau qui existent en France.

Ressemblant pour le côté rural et autonome, mais totalement opposé sur les valeurs progressistes, Twelve Tribes est une secte qui compte plus de 50 communautés à travers le monde, dont 30 aux USA. Nous avons partagé avec eux un repas du vendredi soir dans l’une de leur communauté près de San Diego: le Morning Star Ranch.

Les gens y sont fermiers, cuisiniers ou vendeurs. Ils partagent la nourriture et travaillent ensemble jusqu’à un degré extrême. La liberté et l’individualité y sont niées. Chaque membre souhaitant intégrer doit vendre toutes ses anciennes possessions au profit de la communauté. Leurs règles religieuses sont très strictes. Aucun enfant n’est autorisé à avoir de contact avec le monde extérieur et les femmes sont obligées de porter des robes et de remplir les fonctions maternelles.

… bref, je vous les conseille un peu moins.

A chacun de faire ses recherches et de poser ses valeurs. Mais il y a beaucoup de personnes affectueuses et de projets en devenir. Des sites comme www.ic.org aux Etats-Unis et Toits Alternatifs en France rassemblent tous types de projets et de lieux. C’est un nouveau monde à explorer que vous vous sentiez isolé(e), que vous vouliez économiser de l’argent, ou que vous souhaitiez tout simplement expérimenter un autre mode de vie.

twelve-tribes-fanzine_web« The Way out », « The radical life » : fanzines distribués par la secte Twelve Tribes

 

Plus

-Episode 2: Pourquoi vivre en communauté ? 2/3

-Episode 3: Pourquoi vivre en communauté ? 3/3

-Trouver des communautés en France 

-Trouver des communautés intentionnelles aux Etats-Unis

-How We Live Now: Redefining Home and Family in the 21st Century, Bella DePaulo, 2015

-A la découverte d’autres modes de vie…

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s