Un été dans la Sierra

sierras_walking_webEn allant à Gardner Lake, Ansel Adams Wilderness

(Read in english)

Cette année, pour la première fois (de ma vie ?), j’ai passé un été à la montagne et j’en ai découvert les joies ! En général pour moi l’été n’est pas l’été si je ne suis pas à la plage. Maintenant que j’habite près de l’océan, c’était l’occasion d’explorer les fameuses « Eastern Sierras. »

Notre trajet sur la scenic highway 395, du sud de Sequoia National Forest jusqu’au Lac Tahoe, était une façon de marcher dans les pas de John Muir sans le savoir ! Pendant l’été 1869 (il y a 150 ans), John Muir a 31 ans. Il rejoint un groupe de bergers dans leur transhumance au pied des montagnes de la Sierra Nevada. Il tient un journal dans lequel il dessine et décrit tout ce qui l’entoure. « Un été dans la Sierra » est publié en 1911 et fera découvrir Yosemite aux touristes et au grand public. En naturaliste amoureux de la nature, il note tout : vues, faune, flore, nuages, insectes, formations géologiques… Cette expérience change sa vie, et entrainera la création du statut de parc national pour Yosemite.

sierra_bigpinelakesBig Pine Lakes, John Muir Wilderness

“Every morning, arising from the death of sleep, the happy plants and all our fellow animal creatures great and small, and even the rocks, seemed to be shouting, ‘Awake, awake, rejoice, rejoice, come love us and join in our song. Come! Come!’” – John Muir, My First Summer in the Sierra, 1911

Itinéraire

Spoiler Alert ! : On peut voir des paysages magnifiques sans passer par la case Yosemite ! 🙂 Avec le Covid-19, les day-pass s’achètent désormais en ligne et très en avance (surtout en plein été, la saison haute). Nous avons donc improvisé un road trip / camping / backpacking trip en passant par le sud, l’est et le nord de Yosemite, à la découverte des montagnes de la Sierra. Un voyage extrêmement facile et petit budget car possible de camper gratuitement quasiment partout.

  • BODFISH : petite ville située au sud de Sequoia National Forest. On y a découvert un décor à la Westworld appelé « Silver City Ghost Town« , une préservation légèrement décrépie d’un quartier de chercheurs d’or dans les Sierras. Sensation de tournage de western assurée. Nous sommes arrivés après l’heure de fermeture, mais l’endroit est ouvert aux visiteurs en journée.
sierra_ghosttown_websierra_ghosttown2_webSilver City Ghost Town
  • SEQUOIA NATIONAL FOREST – KERN RIVER : Il y a deux hot springs gratuites le long de la rivière Kern : Remington hot springs et Miracle hot springs. Dans les National Forests, le camping est gratuit et autorisé (sous couvert de ne pas faire de feu, de ne laisser aucune trace et de mettre sa nourriture dans une « bear box » ou de la suspendre dans un arbre). Nous trouvons un spot pour la nuit le long de la Kern River. Et il y aussi la possibilité de camper à proximité des hot springs !
  • LONE PINE : c’est le point d’accès au Mt Whitney pour les randonneurs et les grimpeurs du monde entier. Nous n’avons pas tenté l’ascension, mais sommes allés faire un tour sur la « Movie Road » dans les Alabama Hills : un route de terre dans un décor aride de montagnes et de roches pour continuer le voyage cinématographique. Il est aussi possible de camper ici car c’est un BLM Land.
sierra_movieroad_webMovie road, Alabama Hills
  • INYO NATIONAL FOREST : La forêt nationale d’Inyo est immense et magnifique. Elle relie Sequoia National Park à la vallée de Yosemite. C’est là que John Muir a passé la plupart de son temps pendant son premier été dans la Sierra. C’est une forêt de conifères et de baies très variés avec des lacs, des rivières, des glaciers, des chutes. On peut y camper un peu partout gratuitement : en voiture le long des fire roads, ou en tente plus loin dans la wilderness.
  • BIG PINE LAKES : C’est une randonnée absolument magnifique de 25 km dans la John Muir Wilderness. La boucle est faisable dans la journée mais il faut s’équiper de beaucoup d’eau (ou d’un filtre à eau) et de nourriture. Nous sommes partis à 10h30 et rentrés vers 19h. L’ascension est rapide et intense, on a clairement ressenti les effets de l’altitude. Les 9 lacs sont logés au pieds du glacier Temple Cragg dont la poussière change l’eau en turquoise liquide. Il y a un campground payant juste à côté du départ du trail (Big Pine Creek Campground), pratique pour partir tôt le matin et rentrer fatigués le soir sans avoir à conduire.
sierra_bigpinelakes2Big Pine Lakes, John Muir Wilderness
  • BISHOP : capitale des randonneurs et des grimpeurs. L’endroit parfait si vous avez du matériel de randonnée à acheter, envie de manger un bout ou de traîner dans un café. Je vous conseille les pancakes à la ricotta et le chai latte du Looney Beans.
sierra_bishopCinéma à Bishop
  • MAMMOTH LAKES : Il y a plein de hot springs gratuites autour de Mammoth : Shepherd hot spring, Crab Cooker hot spring, Hilltop hot spring et Wild Willy’s hot spring. Beaucoup sont situées aux alentours de Benton Road. Depuis Mammoth, il y a aussi de très nombreux chemins de randonnée à explorer. Nous avons campé près d’une fire road dans Inyo National Forest, à Inyo Craters. Puis nous avons packé nos affaires pour passer 2 nuits dans Ansel Adams Wilderness, allant à Shadow Lake et Gardner Lake. (Le parking et le départ de ce trail sont à Agnew Meadows).
sierra_gardnerlakeGardner Lake, Ansel Adams Wilderness
  • DEVILS POSTPILE : Avouez que rien que le nom attise la curiosité… J’avais vu une carte postale de cette curiosité géologique dans un magasin à Bishop et décidé d’aller jeter un oeil. Cette falaise en colonnes de basalte est classée Monument National. Une coulée de lave refroidie extrêmement lentement, puis polie par un glacier, a créé des colonnes d’une longueur impressionnante et d’une géométrie fascinante.
sierra_devilspostpileDevils Postpile National Monument
  • LEE VINING : Petite ville à 10 km de Yosemite située sur la rive sud-ouest du Lac Mono. On fait nos courses et découvre le « Latte da Coffee » : un petit motel / café ultra charmant entouré d’un jardin planté en permaculture qui foisonne de fleurs et d’arbres fruitiers. On peut y prendre une chambre, un café ou une pâtisserie les yeux fermés.
sierra_motelLeeVining_webMotel à Lee Vining
  • MONO LAKE : C’est l’un des plus anciens lacs d’Amérique du Nord. L’eau de Mono Lake a une viscosité étrange, elle est 2 fois plus salée que celle de l’océan. Le lac et son bassin constituent l’habitat de nombreuses espèces d’oiseaux sédentaires ou migrateurs. Il est célèbre (et carte-postalement bankable) grâce à ses tours d’argiles cimentées à la chaux hydraulique, des concrétions verticales atypiques appelées tufa. Les plus visibles sont situées à South Tufa Reserve. Camping gratuit dans Inyo National Forest juste à côté (près de Mono Mills).
sierra_monolakeMono Lake
  • BRIDGEPORT : Une petite ville où faire étape pour manger une glace, recevoir un massage (c’est au même endroit que la glace !), acheter des accessoires de pêche, ou prendre un thé dans une vieille bâtisse. Deux hot springs gratuites sont à proximité : Buckeye hot springs et Travertine hot springs. Possibilité de camper gratuitement dans Toiyabe National Forest à deux pas des hot springs de Buckeye !
  • LAKE TAHOE (SUD) : Desolation Wilderness est une autre mine d’or pour des randonnées en montagne. Nous avons opté pour un trail au sud de Fallen Leaf Lake, garé la voiture à Glenn Alpine Falls et packé nos affaires pour passer 2 nuits à Lake Aloha. Pour camper dans cette zone, il faut réserver un wilderness permis en ligne (environ 10$/nuit). Emerald Bay vaut le détour aussi !
sierra_alohalakeLake Aloha, Desolation Wilderness

Journal

On est parti la glacière XL pleine de produits de la ferme : en mode « farm to camping ». Dans notre glacière, il y a du yaourt fait avec le lait de nos chèvres, des fruit leather de raisin (une sorte de pâte de fruit très fine, parfait pour backpacker), 24 oeufs durs, des légumes verts, des tortillas faites maison, du fromage de chèvre frais et du café fraîchement torréfié. YUMMMM. Parfait pour accompagner le camping sauvage le long de la rivière.

sierra_ontheroad

Notre première grande rando a été mon coup de coeur : Big Pine Lakes. Une enfilades de lacs turquoises gorgés de poussière de glaciers. La boucle est longue et l’altitude se fait bien sentir, mais ça vaut le coup ! On se baigne dans les lacs turquoises, bleus profonds, vert d’eau. On pique-nique, on médite.

sierra_hiking-together

On voit la vie en vert. On tente d’identifier toutes les baies et plantes comestibles dans la forêt (Brandon est plus assidu que moi, il utilise l’app iNaturalist). On renifle les Jeffrey Pines, dont on découvre que l’écorce sent un doux mélange de vanille, caramel, chocolat, cannelle et pain chaud. Une raison de plus pour leur faire de gros hugs ! On rêve de reproduire cette senteur en pâtisserie dans notre futur garden coffee.

sierra_treekisserDe tree hugger à tree kisser !
Avec la douceur de l’été, on peut dormir à la « belle étoile », sans double-toit sur la tente. La voie lactée à son climax. On s’amuse à repérer les points cardinaux, à deviner l’heure. On chasse les étoiles filantes et plonge dans les milles strates de la voie lactée vue en altitude.

sierra_hiking-with-dave

Je bénis mon téléphone d’avoir décidé de mourir juste avant les vacances. J’ai retrouvé des yeux qui ne font pas de photos et mes carnets (j’utilise le téléphone de Brandon pour faire quelques photos, certes…). On lit, on fait du forest art, on joue à Ecologies (un jeu de carte génial que je vous conseille !), aux raquettes et à la pétanque.

sierra_forest-art

On campe quasiment une semaine d’affilée dans Inyo National Forest, les accès sont faciles et les camping spots toujours au top. On ne croise aucun ours, que des ninjas chimpmunks.

sierra_postpile-us_web

Ce que je préfère quand on campe, c’est jeter mon dévolu sur une endroit en le visitant comme si c’était une maison. J’imagine où sera notre chambre, la cuisine, le salon, la salle de bains en fonction de l’orientation et des éléments naturels. Trouver les bons rochers pour faire des tables ou des assises, un matelas d’herbe douillet où poser la tente, un arbre où suspendre nos vivres. Vivre à portée de sac à dos.

sierra_brandon-and-dave

A Mono Lake, on assiste à un début de feu hyper impressionnant. L’après-midi a été lourde et orageuse. Un des éclairs est tombé au sol et a embrasé les broussailles tout autour du lac. C’était tellement fascinant et hypnotique, qu’on ne peut pas résister à regarder le feu progresser, la colonne de fumée s’enrouler dans le ciel et le craquement de toute chose danser dans ses flammes.

On avait décidé d’aller voir le coucher de soleil sur ce lac aux formations géologiques étranges, et avions donc attendu toute l’après-midi pour y aller. Grand bien nous a pris de choisir ce moment là en réalité. Car nous aurions sinon campé, sans le savoir, juste à côté de l’incendie. Oups (!!) …

sierra_monolakefire
sierra_monolakefire2_web
x
Notre dernière étape de backpacking est au sud du Lac Tahoe, dans Desolation Wildnerness. Nous hikons jusqu’au Lake Aloha : une flaque bleu pâle de laquelle émergent des îles de granit poli qui ressemblent à des dos de baleine immobiles. On passe deux nuits au lac. Le deuxième matin, la fumée est dense et l’odeur de crâmé bien présente dans nos narines. Nous savons que la Californie est en train de flamber mais n’avons pas d’informations plus précises. On plie le camp aux aurores, just in case… Le soleil est une boule rougeoyante dans un ciel de coton.
x
sierra_camping-lake-aloha
x
JOUR 11 sans douche, je me sens plus légère et mieux que jamais. Nous restons quelques jours à Donner Lake. J’apprends (avec succès et grand fun, grâce à nos voisins experts) à faire du wakeboard. Je réussis à me lever et rider du 2ème coup ! Je suis trop fière et trop heureuse. Le lac est lisse et vide, la sensation de glisse est incroyable. Les courbatures dans mon dos et mes épaules sont à la hauteur du degré de kiffe.
x
sierra-tahoe-wakeboard
x
Mes lectures d’été ont été productives :
« Barbarian Days, a surfing life« , l’autobiographie d’un surfeur chasseur de vagues à travers le monde. Je suis encore sidérée et fascinée par l’étendue du vocabulaire qu’il réussit à employer pour décrire les vagues, un monde s’est ouvert… 
Et « Ecotopia« , un roman de science-fiction (ou d’anticipation ?) dans lequel les états de Californie, Oregon et Washington font sécession du reste des US pour développer une société utopique, écologique, égalitaire et respectueuse de l’environnement. Ils réinventent tout : des lois d’approvisionnement en ressources naturelles aux écoles en passant par les rites.
Je vous les conseille !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s