Eco-lodge Rancho Margot

rancho-margot_pig-cover_web_horizontale

(Read in English)

Que vous soyez passionné(e) de permaculture, ou que vous cherchiez des lieux pour faire du tourisme écologique au Costa Rica, le Rancho Margot devrait vous intéresser !

Situé dans la région du Volcan Arenal, le Rancho Margot est un resort écologique, une ferme organique et un laboratoire scientifique. 

J’ai visité le Rancho Margot quand je travaillais à quelques kilomètres seulement, à El Castillo, en tant que volontaire au Butterfly Conservatory. Ce complexe hôtelier d’un nouveau genre s’appuie sur deux piliers : « l’agriculture régénératrice« , c’est à dire un mode de production agricole qui régénère les écosystèmes ; et « la gestion holistique« , c’est à dire une approche systémique et cyclique de l’utilisation des ressources.

Je trouve enthousiasmant que l’hôtellerie puisse contribuer à la régénération de la biodiversité et j’ai énormément appris pendant cette visite guidée. Je suis donc très heureuse de partager avec vous un peu de cette intelligence de conception et d’utilisation des lieux.

rancho-margo_entrance_webgood

Régénération et autonomie 

Comme tous les lieux qui m’intéressent, le Rancho Margot est un lieu hybride qui combine tourisme, production et éducation dans une dynamique vertueuse. 

En 2004, le fondateur, Juan Sostheim, achète 1600 km2 de pâturages. Il tombe amoureux de la vue alors qu’il monte à cheval avec son fils au sommet du terrain. Le terrain a pourtant été entièrement rasé, comme beaucoup d’autres au Costa Rica, pour être converti en prés et faire de l’élevage. 90% de la végétation native a disparu. Il décide de développer le terrain tout en le régénérant. 

On y trouve des bungalows de luxe comme des dortoirs pour backpackers, une ferme, et des piscines naturelles, le tout niché dans la jungle et off the grid. On peut manger et dormir sur place, tout comme pratiquer des activités diverses (farm tours, balade à cheval, yoga, etc). Tout est produit sur place : nourriture, meubles, savons, énergie, compost. Le complexe génère 50 emplois locaux.

rancho-margot_bananas_web

Au Rancho Margot, toute la nourriture (légumes, fruits, viande, oeufs, lait) est biologique et produite sur la propriété. En plus de produire de la nourriture pour les humains, l’agriculture régénérative vise à créer des habitats pour accueillir la biodiversité locale. Et elle permet de manger autant des salades du jardin, que des bananes de la jungle 🙂

rancho-margot_garden-greens_web

Le Rancho Margot a une empreinte carbone quasi nulle. Toute l’énergie est produite sur place grâce au solaire et à l’hydraulique alimenté par une rivière qui descend sur la propriété. Tous les déchets générés sont réutilisés et transformés. Le trop plein d’un cycle devient la ressource d’un autre. Rien ne se perd et tout se réutilise à bon escient. 

Les déchets organiques sont récupérés pour faire du compost. Les excréments des animaux sont utilisés pour chauffer naturellement les douches de l’hôtel. Ils sont aussi donnés en pâture aux vers de terre qui, en quelques mois, transforme de gros tas de merde en un magnifique terreau de haute qualité (vermicompost) pour nourrir les plantes. 

Les urines sont quant à elles récupérées par une infrastructure souterraine qui s’appuie sur la topographie naturelle du terrain pour laisser la gravité les collecter. L’urine des animaux permet de fabriquer, par méthanisation, un biogaz utilisé dans les cuisines du restaurant.

rancho-margot_biodigestor_web

Et dans le genre indésirable… les vieilles huiles de friture des cuisines du restaurant sont transformées en délicieux savons parfumés ! Comme quoi, on peut toujours faire du classe avec du pas glamour.

Du ranch à l’assiette

Le Rancho Margot s’inscrit dans la tendance des restaurants et hôtels pratiquant le « farm-to-table ». L’expérience d’immersion est totale puisque l’on se nourrit exclusivement de ce qui pousse et vit autour de nous.

rancho-margot_garden_web

Le restaurant de l’hôtel cuisine et assaisonne ce que fournit au quotidien la ferme : poulets, cochons, vaches, lait, oeufs, légumes et fruits de saison. Le terrain entier est aménagé autour de la production, les infrastructures de l’hôtel se glissant discrètement entre les champs, les étables et les serres. 

rancho-margot_baby-pigs_webComment ne pas s’attendrir devant de si délicieux minis filets-mignons en train de téter leur mère ❤ 

En symbiose avec le paysage 

Les toits de tous les bâtiments sont densément végétalisés. Des tuiles en terre sont posées sur les toitures en tôle. Les plantes, et même quelques arbres, assurent la climatisation naturelle des espaces intérieurs. 

rancho-margot_green-roof

Les clôtures aussi respectent le vivant et épousent son rythme.

Elles sont fabriquées à partir de branches d’arbres bouturées, directement plantées dans le sol et reliées par des câbles. Contrairement aux clôtures en métal ou plastique, les « living fences » forment une barrière vivante et évolutive, qui grandit avec le temps et attire une biodiversité d’insectes, oiseaux et papillons. 

rancho-margot_living-fence

Les lois de la nature, de la synergie à la gravité, sont le secret du développement durable.

En tant que terrain d’expérimentation, le Rancho Margot étudie ses propres pratiques pour les améliorer et les partager via des workshops. Bien plus qu’un simple eco-lodge, c’est une grande école vivante qui forme des volontaires et des stagiaires venus du monde entier. En tant que pilier de l’économie locale, le Rancho Margot soutient humainement et financièrement l’éducation des enfants des villages voisins via différents programmes de langues, sports, musique, etc.

 

Si vous voulez en voir plus, je vous ai fait une petite sélection de vidéos présentant le lieu, chacune avec une touche un peu différente 😉

Le Rancho Margot – version officielle

Le Rancho Margot – version locale

Le Rancho Margot – version US

Des huiles de friture aux savons

Plus 

-Etre volontaire au Rancho Margot : http://www.ranchomargot.com/

-« The Planet to Plate Podcast » : une série d’émissions sur des solutions agricoles durables et innovantes – notamment l’épisode avec Kevin Watt : « Regenerative vs. degenerative agriculture »

-Mon article : « Des papillons pour régénérer la forêt tropicale »

-Mon article : « Manifeste »

-Mon article : « La randonnée du Cerro Chato »

-Mon article : « Designer d’écosystèmes »

-National Geographic, « 50 places to stay if you care about the planet »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s