Explorer le Costa Rica

map-costa-rica_web

Si vous avez l’intention d’aller découvrir le Costa Rica, un si doux pays où j’ai absolument adoré passer 6 mois toute seule, j’ai résumé mon périple sur cette carte et dans cette liste d’adresses. Partie avec un sac à dos, suivant ma chance et mon intuition, j’ai déniché des petits spots parfaits pour aller à la plage, randonner, faire du volontariat ou chiller dans des auberges.

(Read in English)

Suivez la guide (et cliquez sur les articles en liens pour avoir plus d’infos sur chaque lieu)

San José, la capitale

Vous y atterrirez forcément, et y passerez sûrement au moins une nuit.

  • Selina San Jose : c’est là où j’ai posé mon sac le premier soir de mon arrivée. J’y suis restée quelques jours pour chercher ce que j’allais bien pouvoir faire dans ce pays que je ne connaissais pas du tout (!)… Je m’y suis sentie tout de suite chez moi. L’auberge n’est pas chère (autour de 10-15$/nuit pour une place en dortoir) et pourvue d’espaces communs vraiment agréables.

Il n’a rien de spécial à dire sur San José, si ce n’est que cette ville est beaucoup moins dangereuse que ce que tout le monde voulait me faire croire. Donc n’ayez pas peur et baladez-vous un peu pendant que vous y êtes :

  • Mercado Central / Central Market : un marché extérieur et un labyrinthe intérieur dans lequel déambuler pour le plaisir de regarder des stands de fruits tropicaux et de goûter les délices locaux.
  • Museo del Oro Precolombino : un musée qui vaut la peine d’être visité ! Bien que pas évident à trouver, puisqu’il est enterré sous la Plaza de la Cultura. Les artefacts d’animaux et objets en or fabriqués dans la jungle il y a des centaines de siècles m’ont émue bien plus que je ne l’aurai anticipé. Et bien que la scénographie soit un peu poussiéreuse, les pièces sont réellement fascinantes. (j’apprends en écrivant cet article que ce musée est un des trois plus importants musées consacrés aux objets en or précolombiens, après le Musée de l’Or de Bogota et le Musée de l’or du Pérou de Lima. Donc si vous n’avez pas le temps d’aller en Amérique du Sud, courrez-y !).
  • Barrio Escalante : Depuis Selina, j’allais souvent à pied explorer le Barrio Escalante, un petit quartier avec des dizaines de bars, magasins et restaurants trendy au milieu d’un voisinage de maisons individuelles. Si vous voulez découvrir la food scene montante de San José, c’est ici ! -conseil approuvé par le NY Times 😉

selfie_blue_bathroom_web

 

Côte Pacifique Nord

  • Playa Hermosa : J’ai passé un week-end de rêve et de tranquillité au Congos Hostel. J’ai eu droit à la chambre sous le toit, mais il y a aussi des dortoirs et un espace de camping où poser sa tente. On entend les singes hurleurs depuis les hamacs dans le jardin et on peut aller à la plage en moins de 5 minutes à pied. Le rez-de-chaussée de la maison est commun : on peut y cuisiner et y manger / chiller.
  • Playa Cabuyal : Cette plage complètement reculée où les habitants se comptent sur les doigts d’une main abrite la station de recherche sur les tortues marines du Leatherback Trust. J’ai passé un mois dans ce camp rustique en tant que volontaire. De la connexion avec la nature à la gentillesse des gens, c’était une expérience absolument magiqueque je n’oublierai jamais. ❤
  • Tamarindo : Station balnéaire très fréquentée mais plutôt très agréable, c’est un peu le Hossegor du Costa Rica. Il y a pas mal de touristes, de restos branchés et de magasins. Beaucoup de bandes potes et de jeunes en général, mais aussi beaucoup de locaux et énormément de surfers lovers. A faire si vous voulez rencontrer des gens ou apprendre à surfer.
  • La péninsule de Nicoya : Cette péninsule a été un énorme coup de coeur, j’étais prête à m’installer là-bas après une semaine passée à Montezuma. Si vous avez envie de surfer, de vous dorer la pilule et d’explorer des jungles luxuriantes en bord de plage, ou même des îles-cimetières (Isla Cabuya) je vous recommande très fortement d’explorer toute la côte : de Montezuma à Samara en passant par Santa Teresa. Pour y aller le plus simple est de prendre le bus ou la voiture jusqu’à Putarenas. Et de là, un ferry qui traverse (je vous conseille de le faire au coucher du soleil !) et arrive à Paquera. Une heure plus loin il y a Montezuma. Pour dormir à Montezuma, les auberges Luz en el Cielo, et Luna Llena sont absolument parfaites pour ne plus jamais vouloir repartir…)

Côte Pacifique Sud

  • Dominical : Ce petit village m’a été conseillé par des touristes rencontrés dans un bus (comme quoi il faut toujours demander aux gens qu’on rencontre leurs bonnes adresses !) Je me suis installé au bord de la plage et des palmiers dans l’hostel Cool Vibes dont le nom a clairement reflété mon séjour : la quintessence du chill. L’auberge est très peu chère et assez bondée, mais la plage est à deux pas et les locaux sont ultra accueillants. Ici, comme dans la péninsule d’Osa, le niveau d’humidité est extrêmement élevé… parfois juste rien ne sèche, jamais.
  • Uvita : A deux pas de Dominical, le village d’Uvita est devenu un vortex énergétique pour les festivaliers yogis et earth-minded. Le festival Envision y a lieu chaque année au mois de Février et commence à ressembler à une version « jungle » de Burning Man. (Pour ma part, je n’y suis pas allée car je n’étais pas du tout à la recherche d’une ambiance festival pendant mon voyage. Mais tous les gens que j’ai rencontré à Uvita et qui y sont allés ont adoré.)
  • Puerto Jimenez : C’est la (petite) ville principale de la péninsule d’Osa, la plus au Sud de la côte Pacifique. Ici on commence à se sentir vraiment loin de tout et les locaux parlent en riant du « Osa factor ». C’est le point de départ des treks pour le Parc National de Corcovado.
  • Intercambiamos : Si vous vous arrêtez à Puerto Jimenez, allez faire la connaissance de mon amie Allison. Elle a créé un sanctuaire de co-création expérimental dans la jungle pour réfléchir et agir différemment, du plus politique au plus intime. Elles est absolument passionnante et passionnée !
  • Corcovado National Park : Si vous voulez vraiment voir des animaux sauvages et des tonnes d’oiseaux, n’allez pas au Parc Manuel Antonio (on n’y voit que des singes qui pillent les sacs à dos des touristes) et investissez dans la visite d’une des plus importantes réserves de biodiversité du monde. Je vous conseille de partir avec Melvin, un guide local génial (son contact est à la fin de cet article). Il parle littéralement avec les oiseaux et connaît les lieux et les habitudes des animaux comme sa poche. Vous ne ne serez pas déçu(e)s du voyage !

selfie_at-The_beach_web

Le centre

Sur la carte, on voit assez vite que j’ai passé 95% de mon temps… sur la côte ! Mon amour de la plage ne m’a pas laissé beaucoup de temps pour explorer l’intérieur du pays. J’ai tout de même passé un mois dans la région du volcan Arenal et ai adoré mon séjour.

  • Volcan Arenal : c’est le volcan le plus célèbre du Costa Rica. Prise entre lacs et nuages, sa silhouette est saisissante et envoûtante, . La ville la plus proche du volcan est La Fortuna. Si vous aimez la randonnée, je vous conseille de faire celle du Cerro Chato, le volcan voisin de l’Arenal, qui renferme un lac bleu laiteux dans son cratère. Les sources d’eaux chaudes naturelles issues du volcan sont aussi un endroit où se prélasser (je donne ici un accès gratuit, la plupart des hot springs étant situées dans des complexes payants).
  • Butterfly Conservatory : Situé dans le micro village d’El Castillo où j’ai habité pendant un mois quand j’étais « Ranger Papillon », c’est un projet de régénération de la faune et de la flore tropicale. Il y a des papillons en pagaille (dont le majestueux Blue Morpho), des grenouilles mortelles, des lézards acrobates et des crapauds étranges. Vous pouvez y être simple visiteur ou volontaire comme je l’ai été.
  • Rancho Margot : Ranch-hôtel 100% autonome situé à 45 minutes de La Fortuna. Mi resort écologique, mi ferme organique, mi laboratoire scientifique, c’est un endroit extrêmement inspirant et instructif où l’on peut loger (hôtel), manger (restaurant farm-to-table), visiter (tours guidés) ou même être volontaire et se former.

 

La côte Caraïbes

Cette côte est très différente de sa voisine Pacifique. Les paysages, les gens et la culture sont imprégnés des vibes caribéennes. Voir les deux côtes me semble essentiel pour avoir un aperçu complet du pays.

  • Tortugero National Park : Tortuguero peut se traduire par la « terre des tortues ». Réserve naturelle située dans la province de Limón, c’est un repère de ponte pour les tortues marines (Green Sea Turtles, Leatherbacks et Hawksbil) qui y sont hautement protégées. La physionomie des lieux pris entre un réseau de rivières peuplées de crocodiles, d’oiseaux et de singes, et l’océan est absolument unique.
  • Estacion Las Tortugas : J’ai été volontaire quelques semaines dans cette station de protection et de recherche tenue par une famille costa ricaine. Les Leatherbacks viennent pondre ici au printemps. Elles débarquent géantes et préhistoriques sur le sable noir de la côte Caraïbes. C’est totalement stupéfiant de se retrouver aussi près d’elles (j’en parle ici).
  • Puerto Viejo : Petit village très animé, un autre vortex énergétique supposé du Costa Rica. Un mélange hyper accueillant de locaux de longue date, de locaux plus récents, de voyageurs et d’âmes spirituelles. Je vous recommande d’y passer quelques jours et d’explorer les bars, restaurants et plages. Le plus simple est de louer un vélo et se balader le long de la côte. Pour dormir, je vous conseille l’auberge Roots Family, j’y ai rencontré des gens géniaux !
  • Ponta Mona : « Center for Regenerative Design and Botanical Studies », ce lieu est à la fois une retraite, un hôtel et une communauté. Ils enseignent la permaculture, le yoga et l’herbalisme via des formations ou des stages de volontariat. Je n’y suis pas allée mais je rêve de visiter lorsque j’y reviendrai.
  • Finca Inti : Nichée dans les hauteurs surplombant Puerto Viejo, la Finca Inti est une « jungle food forest » luxuriante et productive. J’y ai vécu 2 semaines aux côtés de Tristan, découvrant avec lui chaque jour de nouveaux aliments et de nouvelles manières de les cuisiner. Une retraite gastronomique et écologique.

selfie_broken_glass_web

J’espère que cet article vous inspirera pour préparer votre voyage au Costa Rica.

Si vous y êtes déjà allés, et avez goûté à la Pura Vida, laissez un commentaire sous cet article et partagez vos bons plans avec celles et ceux qui souhaitent voyager autrement !

Explorativement vôtre,

Olympe

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s